PLACE DES MONTRÉALAISES – CONCOURS

Le projet RÉVÉLÉE, soumis au concours d’aménagement de la Place des Montréalaises, s’inspire de sa position dans la ville pour créer une place forte, enveloppante et inspirante.

Sise à la rencontre de la ville historique et de la ville contemporaine, la Place des Montréalaises est un lieu de mémoire et de célébration des femmes qui ont contribué, qui contribuent et qui contribueront à bâtir la ville de Montréal par leur courage, leur ténacité et leur force. La station de métro Champ-de-Mars et sa magnifique verrière devient l’épicentre de l’espace public duquel émerge un mouvement ondulatoire remuant l’historique topographie militaire et créant quatre lieux expérientiels : l’escarpe, la contrescarpe, le miroir d’eau et la place Marie-Josèphe-Angélique.

Client

Ville de Montréal

Année de réalisation

2017

Budget de construction 

(sur demande)

Portée des services

Concours international d’architecture du paysage pluridisciplinaire

L’ESCARPE ET LA CONTRESCARPE

L’escarpe du champ-de-mars, dernier vestige tangible et visible du passé fortifié de Montréal, est le point d’ancrage physique et historique de la passerelle à l’est de la place. Séparée de l’escarpe par le fossé de la rue Saint-Antoine, la contrescarpe se matérialise par un jeu topographique aux arêtes vives et découpées. Le sol est recouvert d’herbages et planté de feuillus promulguant des zones ombragées et enveloppantes.

« L’entrelacement des passerelles et de la topographie crée un lieu à l’image de toutes les Montréalaises, celles du passé, du présent et du futur. »


Équipe

Annexe U

En consortium avec Hapa Collaborative

 

LE MIROIR ET LES VOILES D’EAU

L’eau, matériau emblématique, évoque le passage de l’ancienne rivière Saint-Martin sous la forme d’un miroir qui reflète la verrière de Marcelle Ferron et double sa présence sur la place minérale. Les voiles d’eau qui s’écoulent des passerelles soutiennent des œuvres numériques, sculptées temporellement par l’interruption totale ou partielle des flots. Évoquant les noms et les visages des femmes qui ont marqué le devenir de Montréal, ces délicates chutes d’eau peuvent être parcourues et traversées par les usagers, offrant ainsi une expérience et une appropriation sensuelle des œuvres et de l’espace.

LES PARCOURS

La passerelle ondulante et le sentier de la contrescarpe se faufilent et découpent délicatement l’actuelle topographie, permettant de lier les nouveaux lieux créés à la ville par une multitude de points de vue et de parcours aux expériences aussi variées que conviviales.

La passerelle, reliant le champ-de-mars à la place devient autant de belvédères sur le tissu historique, le pont Jacques-Cartier et l’œuvre de Marcelle Ferron. Appropriable et conviviale, elle se vit en trois temps: le parcours direct et rapide, l’estrade de contemplation et le belvédère, à mi-chemin entre l’est et l’ouest, afin d’apprécier autrement la place et la verrière.

PROJETS SIMILAIRES